Compte rendu Conseil Municipal – 28 janvier 2021

Retour sur le Conseil Municipal du 28 janvier 2021

Passe d’armes et règlement de comptes entre le Maire et sa première Adjointe en ouverture de séance, adoption difficile d’une délibération sur l’ouverture de crédits d’investissements, avant le retour au vote de délibérations à faible incidence politique et les questions posées au Maire, qui a confirmé la réalisation du programme immobilier sur le site de l’aqueduc, objet d’une étude préalable architecturale et patrimoniale.

Nous avons assisté à nos dépens à une mauvaise pièce de théâtre qui aurait pu être risible si la capacité du maire à conduire les dossiers importants pour Louveciennes, dans le cadre d’une gouvernance efficace et constructive, n’était menacée.

Revenons sur les points forts de cette séance mouvementée.

1 – Une déclaration liminaire du Maire pour engager le débat

Après avoir ouvert la séance par un rappel sur les dispositions adoptées pour faciliter la campagne de vaccinations, le Maire a poursuivi la lecture de sa déclaration liminaire sur les dissensions au sein de sa majorité.

La communication aux Louveciennois des dissidents (Louveciennes Réunie) fut le prétexte à une subtile dénonciation en règle de leurs comportements pour les mettre en face de leurs responsabilités.

Après avoir fait acte de contrition sur des événements mineurs (mise en avant sur scène du personnel communal en oubliant ses propres troupes à l’issue de la proclamation des résultats de l’élection municipale le 28 juin dernier), s’en est suivi d’une opération de « calinothérapie », faite de propos lissés et convenus, en direction de ses élus restés fidèles, pour leur engagement dans la gestion des dossiers de la commune.

Le Maire a ensuite proposé aux élus de Louveciennes Réunie de créer un groupe autonome d’opposition afin de « clarifier la situation », proposition sur laquelle ces derniers ont demandé un temps de réflexion avant de se prononcer.

Sa déclaration a été savamment relayée par une élue du groupe majoritaire qui s’est répandue (telle une passionaria d’un pays totalitaire) sur les propos désobligeants tenus par les oppositions (Vivre à Louveciennes compris) envers des élus restés fidèles ainsi que sur les pressions et menaces formulées par Louveciennes Réunie à l’encontre de ceux qui refusaient de démissionner.

Pour le Maire, tout va bien et comme à son habitude « il n’y a pas de problèmes », « l’équipe est soudée et garde le cap », propos largement démentis par les oppositions qui actent les graves dysfonctionnements de l’équipe majoritaire, imputables à un problème de gouvernance qui ne favorise pas l’installation d’un climat serein propice à un travail de qualité.

2 – Retour à l’ordre du jour avec une délibération portant sur le maintien ou non de F. Esnault au poste  de 1er Adjoint au Maire

La remise au Maire par F. Esnault de sa lettre de démission adressée au Préfet et dont elle a donné lecture a ouvert la voie à un règlement de comptes.

Il a constitué le point d’orgue de plusieurs semaines d’une communication au vitriol engagée entre des élus qui ne comprennent pas les raisons de leur exclusion et le silence d’un Maire qui ne veut comprendre ni l’origine du malaise ni sa responsabilité dans la rupture.

Vivre à Louveciennes est intervenu pour s’étonner de la mise à l’écart d’une première Adjointe avec laquelle le lien de confiance ne pouvait « normalement » qu’être fort après l’exercice d’un mandat commun et la conduite auprès du Maire d’une campagne durant laquelle elle a soutenu et encouragé les positions d’une liste qui se voulait unie, transparente et rassembleuse.

Nous avons ensuite exprimé nos inquiétudes quant aux conséquences de cette discorde. Comment se satisfaire de la conduite des 5 Conseils Municipaux tenus depuis les élections alors que 3 d’entre eux ont été pollués par le règlement d’un contentieux interne à l’équipe majoritaire, dont se revendiquent les élus sécessionnistes ?

Comment ne pas condamner l’exclusion des commissions municipales d’élus de la République empêchés faute d’informations, de remplir leur fonction de Conseiller municipal ? A l’évidence, le maire privilégie la docilité à la compétence.

Comment accepter le désordre des séances qui nous a conduits à déposer un recours gracieux pour non-respect de la loi dans l’adoption de délibérations, recours jugé sérieux et recevable par le Maire qui a annoncé réinscrire le point à la prochaine séance du Conseil Municipal ?

De nombreuses interrogations qui nous conduiront à renforcer notre vigilance pour garantir la légalité des actes de notre collectivité et veiller au respect des engagements du Maire vis-à-vis des Louveciennois.

4 – Présentation d’une délibération sur l’ouverture de crédits d’investissements

Cette délibération autorise la consommation de crédits d’investissements, à hauteur de 1 077 000 euros, dans l’attente du vote du budget.

Elle s’inscrit dans le prolongement du Budget Primitif 2020 voté le 4 juillet dernier, dont Vivre à Louveciennes avait désapprouvé tant la présentation qui manquait de transparence et de sincérité, que la méthode adoptée pour son vote (accumulation de points sur une seule séance, ne permettant pas une analyse sérieuse des dossiers).

Compte tenu du montant des sommes annoncées, du manque d’éléments sur le contenu d’une partie des enveloppes sans aucune indication sur les perspectives 2021, nous nous sommes étonnés d’une ouverture de crédits de cette importance

Après demande par Louveciennes Réunie d’un vote à bulletin secret, nous avons voté contre. La délibération a été adoptée à une courte majorité : 16 voix pour, 12 voix contre, un vote blanc.

5 – Les autres délibérations adoptées

Les points complémentaires à l’ordre du jour concernaient 2 sujets se rapportant à la gestion des ressources humaines. Il s’agit notamment d’un dispositif permettant aux agents communaux de pouvoir être accompagnés par le Centre Interdépartemental de Gestion dans le cas de signalements des actes de violence, de discrimination et de harcèlement.

Vivre à Louveciennes est intervenu pour demander que soient garanties la confidentialité des signalements et la protection des données personnelles.

L’autre point concernait la désignation d’un représentant du Conseil Municipal au CNAS, sorte de comité d’entreprise à destination des fonctionnaires.

A cette occasion nous sommes intervenus pour dénoncer la concentration des missions sur Pascal Hervier, adjoint à tout faire et personne de confiance du Maire. Nous avons fait une contreproposition avec la candidature de MD Parisot, de par sa connaissance du fonctionnement des collectivités. Pris au dépourvu le Maire a finalement modifié la délibération et MD Parisot a été élue à l’unanimité.

Enfin, les délibérations sur la politique jeunesse dont Vivre à Louveciennes avait, faute d’examen par la commission jeunesse demandé le report, ont été représentées après prise en compte par la commission de plusieurs propositions de notre groupe.

Les nouvelles décisions prises par le Maire au nom du Conseil Municipal n’appelaient pas de commentaires particuliers de notre part à l’exception du coût élevé (5 000 euros) des droits de captation du spectacle « le secret de Poussinette » pour sa diffusion sur la chaîne Youtube de la Mairie.                                      

Nous sommes revenus sur une étude pour la définition d’un cahier des charges architectural et patrimonial, confiée aux sociétés ARTENE et NIEZ studio, sur le site de l’aqueduc, étude évoquée le 17 décembre dernier. Nous avons interrogé le Maire sur le maintien du programme immobilier initialement prévu, et objet de nombreux recours.

Le Maire a répondu par l’affirmative en indiquant que l’étude demandée par l’Architecte des Bâtiments de France avait pour objet d’améliorer l’insertion du projet immobilier dans le site.

Nos questions diverses ont porté sur le coût pour Louveciennes de la COVID19 ainsi que sur le retrait des barquettes plastique utilisées par les crèches pour la restauration des enfants. Une réponse d’attente a été à nouveau apportée pour le retrait toujours à l’étude des barquettes plastique, un engagement à fournir les éléments chiffrés sur le coût de la COVID ayant été donné pour la 5e fois, jusqu’ici sans résultat.

Nous gardons le cap par notre volonté de recentrer les discours et l’action sur les projets importants de Louveciennes qui devraient mobiliser tous les élus, dans le respect des valeurs d’éthique et de compétence sur lesquelles les Louveciennois nous ont fait confiance.

Logo Vivre à Louveciennes

Vivre à Louveciennes

Un avenir ambitieux, un cadre de vie préservé

Conseil Municipal 2020-2026

Suivre Vivre à Louveciennes sur Facebook et Twitter